selle-moto-sur-mesure

Définition du métier de sellier garnisseur

Le métier de sellier garnisseur garnit tout élément destiné à recevoir un corps humain dans un souci d’ergonomie et d’esthétique.

Histoire du sellier garnisseur

Lié à la conquête du cheval, le métier de sellier est certainement parmi les plus anciens.

A l’origine du métier

Quand, pour la première fois, un audacieux enfourcha un cheval, le maîtrisa et s’empara de sa force, de sa vitesse, ce fut l’heure de la plus noble et de la plus belle conquête de l’homme. Et surtout de la plus utile sur la nature.
À quelle date eu en quel lieu apparut le premier cavalier ?
Où et quand furent inventés les organes essentiels du harnachement (freins, selle, étriers, éperons, ferrures à clous, etc.) ?
Comment évolua l’équitation à travers les âges ?
A-t-on monté le cheval avant de l’atteler ? Pour la majorité des historiens qui se sont penchés sur la question, la monte serait venue en premier. Ce qui paraît logique car l’attelage est en grande partie lié à la découverte de la roue qui fit son apparition beaucoup plus tard.

Et si cela venait de la roue ?

La question de la roue mérite qu’on s’y arrête. Quelle est son origine ? De quels tâtonnements ? De quels essais perdus dans la préhistoire naquit ce précieux engin dont la nature n’offrait à l’homme aucun exemple ?

Deux hypothèses ont trouvé crédit auprès des archéologues. Pour les uns, la roue primitive dériva du rouleau, pour les autres la première roue fut une rondelle pleine débitée à même un tronc d’arbre.
Les égyptiens de l’Ancien Empire — IVe et IIle millénaires — ne connaissaient ni roue, ni rouleau. La roue ne fut introduite en Égypte qu’à la fin du ‘Ir millénaire, par les Hyksos venus de l’Est.
En Asie Mineure elle apparaît dès le IV’ millénaire.

L’une des plus anciennes figurations de la roue pleine se trouve sur un bas-relief égyptien du temps de Ramsès III vers 1200 avant Jésus-Christ, les roues à rais font leur apparition au Vie siècle.

Là où tout à commencer pour le sellier garnisseur

L’homme eut beaucoup de mal à capter la force motrice du cheval. Et pour la monte, il lui fallut tout d’abord trouver un moyen de dompter l’animal. Se rendant vite compte que le cheval était sensible de la bouche, il lui passa une lanière en travers. Cette lanière, reliée à d’autres lanières, lui permit de le maîtriser ce fut la première forme du mors. Puis, pour fixer ce mors, l’homme imagina la bride ou bridon

Il lui restait à trouver un moyen pour monter l’animal. Tout d’abord à même la robe (à poil comme on le dit en terme d’équitation). Puis l’homme pensa à jeter une peau de bête sur le dos de l’animal. Pour assurer son assise, il posa, sur le garrot du cheval, une lanière percée aux extrémités de deux œillets dans lesquels il logea ses gros orteils.

Et, avec le temps et les innovations successives, on aboutit aux étriers, la selle et tout le harnachement nécessaire qui conduisirent très certainement à la naissance du métier de sellier. Mais ce n’est qu’au Xe siècle que l’homme parvient à bien monter le cheval, grâce à un harnachement mieux étudié. Il est à noter que la force motrice du cheval est dans ses épaules. Ce qui permit au sellier une étude de harnachement approprié.

L’apparition de l’attelage

Parallèlement à ses découvertes concernant le harnachement, l’homme expérimenta des méthodes d’attelage et de traction.

C’est à l’époque quaternaire, nommée aussi paléolithique par les archéologues, que l’on relève les premiers attelages. Ils figurent sur des bas-reliefs trouvés en Grèce et en Égypte et nous donnent une idée de la confection des harnais à cette époque.

Ils se composaient d’une sangle entourant le cou de l’animal, reliée à hauteur du garrot à un joug en bois. Cela avait l’inconvénient d’étrangler la bête et de ce fait, lui retirait une partie de ses forces physiques. C’est pour cela que nous voyons sur ces mêmes bas-reliefs un attelage de quatre chevaux tirant un char, alors que deux ,avec l’un de nos harnachements modernes, seraient suffisants.

Donc le métier de sellier est lié au développement de la traction animale, surtout pour la monte. Le terme de sellier vient de selle issu lui-même de sella de sidere (être assis). Et donc, le sellier est avant tout l’ouvrier qui confectionne les selles.

Les champs d’application du métier de Sellier garnisseur

selle-moto-sur-mesure

La selle de moto

Le sellier-garnisseur personnalise les selles de moto. Il modifie la mousse en la creusant ou en relisant un dosseret sur mesures selon la morphologie du motard et pour son confort lors de grands trajets. Il réalise les coiffes à la carte selon le style de ta moto et le goût du client. Selon la demande, le gel remplace la mousse pour la réalisation des selles de motos dites « grand confort ».
Le sellier conçoit aussi les tapis de réservoir et les sacoches.

mobilier-contemporain

Le mobilier contemporain

Suite à un appel d’offres d’un designer ou d’un particulier, le sellier- garnisseur réalise régulièrement des produits uniques tels des canapés, fauteuils, chaises, le gainage de meubles, l’agencement de plafonds (toiles tendues). Il convient au sellier d’apporter son « œil » esthétique et son savoir-faire, afin de réaliser une belle interprétation de l’objet demandé par les clients et donneurs d’ordre.

metallo-textile

Le métallo textile

Ce domaine d’activité est en continuelle évolution. Le sellier-bâchiste réalise des bâches monumentales et l’entoilage de structures bois ou métal. Selon la demande, il est appelé à travailler pour les transports industriels, les chapiteaux, le sport, les loisirs et le plein air, les tentes et structures, la protection civile, l’architecture textile, la signalétique et la bâche publicitaire. Le plus souvent, l’assemblage par soudure manuelle ou haute fréquence remplace la couture machine pour la en forme des toiles techniques.

nautisme-sellier

Le nautisme

Le sellier-garnisseur intervient pour l’aménagement intérieur et extérieur d’un bateau. Pour l’agencement intérieur, il crée ou réfectionne des banquettes, couchettes, moquettes, le vaigrage (habillage intérieur des parois) ; il peut aussi intervenir sur des yacht ou des voiliers de course.
Pour l’extérieur des bateaux, il réalise des tauds d’hivernage, des bi-minis (tauds de soleil), des kits de camping, le capotage de roof, bain de soleil puis les protections pour le mobilier extérieur.

médical-sellier

Le médical

Le domaine du médical comporte plusieurs secteurs pour lesquels le sellier est sollicité, comme la réfection des tables de kinésithérapie et le mobilier dentaire avec ses différents accessoires (tabourets, coussins, chaises, etc.) ainsi que les salles d’attente des hôpitaux et les tables de soins.
La plupart de ces produits sont aujourd’hui thermoformés et répondent à des normes d’hygiène telles que l’absence de coutures sur les surfaces qui reçoivent le corps humain.

parapente-sellier

Les activités dites de plein air

L’expansion des loisirs dans notre société a pour effets :

  • d’augmenter la pratique du sport et des activités de plein air
  • l’apparition de nouvelles disciplines, de nouvelles marques et matériels.

Tous ces mouvements ne laissent pas le sellier indifférent, qui élargi son domaine d’activités professionnelles.

Ce secteur dit du « plein air » a besoin de personnel qualifié dans la mise en oeuvre dés matériaux souples, en tant que patronnier, prototypiste, technicien, responsable qualité, au bureau d’études ou de production, etc.

Cette nouvelle branche est source de renouvellement dans le secteur activité du sellier et de modernisme, car les matériaux employés sont souvent à la pointe de l’industrie textile. Ainsi, le sellier est désormais amené à concevoir tous les articles de sports et loisirs réalisés en matériaux souples, tels les sacs à dos pour les randonneurs, [es équipements pour les sports de vol (parapente, kit surf, etc.).

automobile-sellier

L’automobile

Le sellier garde encore une place privilégiée aux activités traditionnelles de sellerie automobile et de ses dérivés.

On le retrouve donc de nos jours plus au niveau de la conception (prototypage), de la création (. tuning ») ou de la réparation. Les travaux et techniques du sellier ont suivi l’évolution de l’habitacle des quatre roues, en s’attachant toujours plus à la sécurité, en augmentant le confort et en suivant le changement des formes.

Le sellier-garnisseur réalise les pièces de garniture d’une carrosserie (portes, tableau de bord, plafonds, etc.). Il exerce surtout dans la Fabrication .des garnissages et des garnitures de sièges. Il fabrique également ou matériel de transport (petites remorques).

restauration-sellier

La restauration automobile

Ce domaine ou spécialité de notre métier a une part importante dans l’activité des ateliers artisanaux.

Le patrimoine d’automobiles anciennes de prestige et de collection est très riche en France (il existait plus de 500 marques automobiles entre les années 1920 et 1940).

Selon les travaux à effectuer, on parle de restauration pour véhicules statiques ou pour véhicules dynamiques.

Concernant les véhicules dynamiques destinés à être utilisés régulièrement, c’est l’aspect d’esthétisme et la solidité qui primeront ; le sellier conservera ce qui peut l’être et remplacera les pièces trop fragiles par un matériau neuf; souvent patiné artificiellement pour s’accorder avec l’existant.

Les musées ou collectionneurs privés peuvent faire restaurer des automobiles qui ne seront destinées qu’à être exposées statiquement et qui, par Leur valeur historique, doivent conserver le plus de pièces ou matériaux d’origine. Le sellier mettra en œuvre des opérations de restauration conservatoire sur les cuirs ou autres textiles (nettoyage minutieux, renforcement par collage réversible, nourrissage et protection). La réversibilité des opérations effectuées est très importante-dans la déontologie du restaurateur, car les techniques évolueront dans le futur et ce qui est fait aujourd’hui doit pouvoir être défait demain, pour éventuellement être amélioré.

aeronautique-sellier

L’aéronautique

Ce domaine d’activité comprend deux secteurs :

  • L’aviation de ligne
  • L’aviation de luxe Pour cette activité, le sellier restaure ou fabrique les intérieurs de jets privés et d’hélicoptères. Pour la fabrication, en partant d’un support bois ou résine, il conçoit la mousse et ajuste la coiffe dossier/assise selon le dessin d’un designer.

Aujourd’hui, avec les normes aéronautiques, il travaille régulièrement les matériaux « non feu ».

Découvrez les ateliers en lien avec le métier de sellier garnisseur :

Suivez nous sur notre page Facebook pour connaître en avant première les nouveaux ateliers, métiers de La Façonnerie

Inscrivez vous à notre newsletter pour connaître les derniers bons plans de La Façonnerie ! inscription ici

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.